"Contre les violences symboliques
sexistes dans l'espace public"

< retour

La nouvelle affaire St Laurent rebondit!

Fin octobre 2020, le Jury de Déontologie Publicitaire a entendu les arguments d’une jeune femme dont nous avions soutenu la plainte contre des images illustrant une campagne publicitaire de St Laurent pour des vêtements et des sacs. Voici l’avis du JDP qui a considéré que la plainte n’était que partiellement fondée :

JDP Avis SAINT LAURENT

 

Cette action a été relayée par le quotidien Libération le 14 décembre pou

« La marque de luxe est de nouveau accusée de véhiculer une image dégradante et hyper sexualisée des femmes après une plainte jugée «partiellement fondée». Une affaire qui pointe les limites du système d’autorégulation mis en place
dans la publicité, contraint de jongler entre règles de déontologie et liberté créative.Sexisme dans la pub _ Yves Saint Laurent à nouveau épinglé – Libération

 

Voici l’argumentaire très intéressant développé très précisément par la plaignante :

Affaire St Laurent appel

Malheureusement, pas convaincu par la culture du viol véhiculée par ces images, le JDP a tout de même reconnu que cette image induisait une idée de soumission : JDP Avis SAINT LAURENT suite Révision_annoté GC

Mais la journaliste de Libération, Marlène Thomas, a poursuivi sa recherche sur cette affaire et témoigne « Si le JDP rejette toujours l’accusation d’incitation ou de banalisation de la violence, il reconnaît que cette pub induit l’idée d’une «soumission» dévalorisant l’image de la femme. » Pub Saint Laurent _ l’idée de «soumission» retenue en appel par le Jury de déontologie publicitaire – Libération

 

Cette demi-victoire doit nous inciter à continuer à aller régulièrement présenter nos arguments contre le sexisme publicitaire.

 

Dans cet article de Libération, toujours signé par Marlène Thomas, Serge Carreira, maître de conférences sur la mode et le luxe, décrypte le contexte dans lequel s’inscrit la campagne de la marque de luxe que le Jury de Déontologie Publicitaire a jugée dégradante pour l’image des femmes :

https://www.liberation.fr/france/2020/12/12/publicite-l-idee-de-provoquer-est-dans-l-essence-meme-de-la-maison-saint-laurent_1808251
fringilla sit ut suscipit dolor. odio